Toxicomanie, mort et show-business

25 juillet 2011 — Poster un commentaire

Ils sont décédés pendant la même semaine, à l’intervalle de cinq jours. D’abord Sean Hoare, un journaliste de 47 ans spécialisé dans le show-business. En surpoids, il fumait ses cigarettes jusqu’au filtre, d’après une photo donnée en pâture un jour après sa mort.  Son corps sans vie a été retrouvé au matin du 18 juillet. Dès l’après-midi, ses problèmes de drogues et alcool ont été soulignés dans la presse. Il avait travaillé au sein du groupe de Murdoch et avait été le premier à avoir dénoncé -à visage découvert- les pratiques de piratage et d’écoutes téléphoniques illégales qui sévissaient au sein de « News of the world ».

Quelques heures après la mort du journaliste, Rupert Murdoch se rendait à l’audience devant une commission parlementaire britannique. Le magnat australien des médias a toujours nié les révélations de Sean Hoare, affirmant que si le journaliste accusait « News of the World » c’était par vengeance puisqu’il avait été éloigné de la rédaction à cause de ses problèmes de drogues et d’alcool. De son côté, le journaliste avait expliqué que boire était une conséquence parmi d’autres, provoquées par le poids de sa profession. Une violente pression qui poussait par exemple d’autres journalistes à fondre en larmes ou à tenir debout à coups de médicaments. Une culture d’entreprise qui sommait aux employés de produire des informations à tout prix : un coût qui aujourd’hui commence à être chiffré. Une semaine avant sa mort, le journaliste avait expliqué les méthodes utilisées par « News of the World », affirmant que les logiciels de piratage étaient acquis à travers la corruption de policiers de Scotland Yard.  À propos du décès de Soan Hoare, la police s’est empressée lundi déjà d’affirmer qu’elle était « inexplicable, mais pas suspect », un facteur qui alimente de sombres supçons, vu que Sean Hoare avait dénoncée la corruption au sein des forces de l’ordre.

Puis, samedi 23 juillet, la mort d’Amy Winehouse. Drogue et alcool. Un décès qui relègue la mort de Sean Hoare dans une zone de moindre intérêt pour les news. Et pourtant, un fil lie les deux destins : l’intense sensation que la cause de leurs décès évolue sur la scène du show-business. Au « Guardian », Sean Haore avait expliqué : «J’étais payé pour sortir et aller prendre de la drogue avec des rockstars, pour me bourrer, prendre des pilules et de la cocaïne avec eux. C’est un milieu tellement compétitif. […] Tu te retrouves à faire des trucs qu’aucune personne saine ne ferait.»

Des histoires malsaines peut-être, mais qui ont été achetées pendant des années par des lecteurs dont le voyeurisme a été provoqué, excité, alimenté. Une logique de business cruelle, cynique et incroyable selon laquelle la mort de Sean Hoare et Amy Whinehouse n’est qu’un funeste dommage collatéral.

Sean Hoare, BBC, Panorama, 14 mars 2011

http://www.bbc.co.uk/news/uk-14195574

http://www.youtube.com/watch?v=w_cnYHW82pw

*publié par www.lameduse.ch

Pas de commentaire

Be the first to start the conversation!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s