"Die Weltwoche" et un troll comme rédacteur en chef

18 avril 2012 — Laisser un commentaire

Une coccinelle et un titre qui invite à connaître les raisons qui font que les optimistes ont raison dans leur démarche. La une de la Weltwoche de cette semaine choque et il est incompréhensible que les amateurs de la presse hebdomadaire qui sait attiser la veine polémique ne s’insurgent pas contre le titre « Warum Optimiste recht haben ». Et comment peuvent-ils ne pas signifier leur profond mépris pour le choix d’une illustration à ce point fleur bleue? Il est à parier que même les lecteurs de « La Petite Salamandre » auraient produit une avalanche de courriers adressés à leur journal préféré pour contester un choix pareil.

Et dire que Roger Köppel, le rédacteur en chef de la Weltwoche, nous avait habitués à des choix rédactionnels nettement plus agressifs. Il y a quelques semaines, il avait par exemple proposé un portrait des Romands sachant pertinemment qu’il allait les piquer à vif. Avec un arsenal ad hoc de statistiques à l’appui et la rengaine « la Weltwoche sait regarder la réalité sans se voiler la face » servant d’argumentaire, Roger Köppel avait traité les Romands de « Grecs de la Suisse ». Alors que des personnalités romandes avaient réagi de manière outrée à la une de l’hebdomadaire zurichois, d’autres avaient préféré une riposte ironique, renvoyant la balle dans le terrain de Roger Köppel. Une réaction mi-amusée, mi-indignée: des Romands avaient décidé de mettre en scène à travers des photos leurs paresseuses vies noyées dans les vapeurs provoquées par des apéros sans fin. Relayé par les réseaux sociaux et internet, le « Welchwoching » a donc servi telle une soupape à l’indignation des romands.

Comme tout bon troll agissant dans l’espace virtuel, Roger Köppel avait réussi son coup médiatique. Si le troll s’amuse à provoquer les autres usagers d’internet pour enflammer les échanges et les multiplier, le rédacteur en chef de la Weltwoche applique cette méthode au monde –en crise- de la presse écrite. Et comme tout bon troll qui se respecte, Roger Köppel est dépendant de la surenchère. Ainsi, la semaine passée la Weltwoche a proposé la photo d’un enfant tenant un revolver. Un faux pistolet, un enfant Rom photographié au Kosovo en 2008 par Livio Mancini et le titre « Les Roms arrivent : razzia sur la Suisse ». Opération réussie pour Roger Köppel qui a récolté des articles dans la presse et des plaintes pour incitation à la haine raciale. Dans les méandres d’internet l’indignation très enflammée a été jusqu’à mobiliser le nazisme et le fascisme pour critiquer ce choix de la « Weltwoche ». Epilogue bien connu par les trolls et les usagers d’internet, baptisé « point de Godwin » et qui répond à la même loi.

C’est là que réside probablement l’explication à l’optimisme naif exhibé cette semaine par la « Weltwoche »: ces succès médiatiques doivent conforter Roger Köppel dans ses choix. Car autrement, cherchant une autre explication à propos de la coccinelle, rien ne vient à l’esprit.

Pas de commentaire

Be the first to start the conversation!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s