Migros, les mérites de la traçabilité et le début de l’antisémitisme

31 mai 2012 — 9 Commentaires

L’avantage de la traçabilité est désormais prouvé. Ainsi, il est possible d’apprendre que les fraises de février proviennent de la province de Huelva, en Espagne. Grâce à la traçabilité, il est possible de savoir que l’ordinateur acheté a été conçu à Cupertino, Californie, Etats-Unis et qu’il a été fabriqué chez Foxconn, à Shenzen, province du Guangdong, Chine. Merci à la traçabilité : la cuisse de poulet –dans sa sauce curry- peut être reconduite à un animal élevé au Brésil. Quelques recherches et il est également possible de connaître l’origine du fourrage qui a été donné à l’animal. Pour le curry, ce sera plus difficile puisqu’il s’agit d’un mélange d’épices. C’est un peu comme pour une montre «Made in Switzerland» : elle donne souvent l’impression qu’elle est fabriquée pièce par pièce dans une usine où propreté, précision et discipline règnent en maître incontesté. Elles ont l’air, ces montres, d’avoir été assemblées dans un atelier lumineux par les mains habiles de femmes blondes qui pendant leur pause -dans un silence paisible- mangent du chocolat. Ce n’est souvent pas le cas, vu que bon nombre de montres suisses contiennent des pièces fabriquées en Chine. Toutefois l’information ne se trouve ni sur la montre, ni sur sa boîte.
Rien, non plus, n’indique sur la barquette de fraises de Huelva que les fruits ont été cueillis par une main d’oeuvre surexploitée et sous-payée ou que les terrains exploités pour cultiver les fraises ont pu être volés aux contours de la réserve naturelle de Doñana. De même pour l’ordinateur: aucune inscription à propos du fait que des troupes militaires du pays où il a été conçu se trouvent depuis des années en Afghanistan. Inutile de chercher l’inscription « dictature qui enferme et torture des milliers de prisonniers politiques dans des camps de travail » après les mots « Made in China ».

A Rome, en 2009, suite aux frappes militaires d’Israël sur Gaza, un syndicaliste avait appelé au boycott des magasins appartenants à des juifs. Une déclaration qui avait été fustigée par une très grande majorité de l’opinion publique, puisque cela –traduit en allemand- signifiait « Kauft nicht bei Juden ! ». Et une liste de magasins de la capitale italienne dont les propriétaires étaient juifs, compilée comme toujours par une main anonyme, de circuler sur internet…
Sans en arriver là, la déclaration de Migros -à propos de sa volonté d’indiquer que des produits ont été importés de « Cisjordanie, zone de peuplement israélienne » ou de « Jérusalem-Est » plutôt que d’Israël- relève aujourd’hui du même mécanisme.
« Migros est politiquement neutre » affirme Monika Weibel, la porte-parole de Migros, dans un insupportable exercice d’hypocrisie mièvre et commerciale qui feinte de ne pas savoir que l’antisémitisme commence par là : vouloir appliquer à Israël, ou aux juifs, une décision qui n’est pas appliquée aux autres, et qui donc est discriminatoire.

Enfin, si « Migros » devait finir par appliquer la décision annoncée, par la même occasion elle devrait au moins décider de compléter l’inscription « Made in China ». Il est vrai : « dictature qui emprisonne et torture des milliers de prisonniers politiques dans des camps de travail » peut paraître trop brutal. « Made in China, un pays qui ne respecte pas les droits des êtres humains » pourrait suffire, dans le neutre esprit de transparence favorisant la traçabilité des produits clamé par Migros. Mais Migros ne le fera pas puisque d’un point de vue commercial –bien entendu- cela n’est pas viable.

9 responses to Migros, les mérites de la traçabilité et le début de l’antisémitisme

  1. 

    Cette fameuse pétition de 12 000 clients a été présentée par BDS, une organisation qui prône le boycott de TOUS les produits israéliens.
    De qui MIGROS se moque-t-il ?
    N’y aurait-il-pas des intèrets financiers derrière cette décision ?

    Quel rôle joue donc Berne dans cette affaire ?

    J'aime

  2. 

    MIGROS se soucie-t-il d’informer ses clients sur les conditions de travail des Marocains en Espagne pour cultiver les fraises ?
    Deux poids ! Deux mesures !
    MIGROS a consulté Berne avnat de prendre cette mesure. Pourquoi ? Qui tire donc les ficelles ? Pour quel profit ? Nous sommes en droit de demander des éclaircissements.

    J'aime

  3. 

    "Mais la décision d’appliquer une règle à Israël, et Israël seulement tandis que –selon les mêmes principes invoqués- la décision n’a pas été appliquée aux produits conçus aux EEUU lors de l’attaque à l’Iraq (il y avait une résolution des Nations Unies qui demandait le contraire) et n’est pas appliqué -par la même entreprise- aux produits “Made in China” où des milliers de prisonniers politiques sont enfermés et torturés dans des camps de travail, comme l’est Liu Xiaboo, Prix Nobel de la Paix 2010." Et petit rappel, la politique de l’enfant unique… L’enfant unique de sexe mâle si possible d’où une boucherie intolérable, un génocide infantile.
    Et oui… Migros se permet de forger l’opinion… Israël mais pas la Chine ou d’autres pays… De quoi je me mêle… J’ai simplement envie de dire: Migros, restez un magasin de ventes diverses et évitez de vouloir éduquer le citoyen lambda. Et si vous communiquez, soyez honnête. Comment justifiez-vous la cherté de vos produits périssables (comparaison avec le prix de l’euro) (produits périssables : légumes, fruits) ? Pas évident d’être crédible!!!

    J'aime

  4. 
    James Mc Brian 6 juin 2012 à 17:54

    Marre de parler d’antisémitisme à tout va ! Marre de ne pouvoir s’exprimer librement sur un sujet parce qu’il touche au peuple élu. La décision de Migros est remarquable, et oui, cher David, ce sont des territoires occupés et cela contre toutes les règles internationales en vigueur. Alors non seulement Israël ne respecte pas ces droits fondamentaux, ils asphysxient les Palestiniens au sein des territoires occupés, mais il ne faudrait rien dire ? Marre, marre, bravo Migros, et j’espère de tout coeur que la Coop et d’autres géants comme Carrefour, Géant et Leclerc auront le courage de faire de même. C’est tellement triste de constater à quel point Israël se moque du monde et ne respecte rien ni personne et crie à l’antisémitisme dès que l’on ne suit pas leurs préceptes divins.

    J'aime

    • 

      Cher James,
      vous venez de vous exprimer librement et de laisser libre court à votre pensée à travers votre réponse.
      En effet, la décision de Migros est remarquable dans le sens qu’il a été impossible de ne pas la remarquer. Vous réagissez -comme d’autres par ailleurs- d’une manière qui démontre la substance de mon raisonnement, et je vous en remercie. Maintenant, le fait que la décision de Migros n’est pas équitable transparait dans vos propos: je n’aurais pas su apporter meilleure démonstration à mon propos. Soyez le bienvenu ici, car vous pouvez vous exprimer librement, même si vous en avez -manifestement- marre.

      J'aime

  5. 

    C’est un devoir moral de boycotter les produits de pays qui, comme israël, pratiquent l’appartheid.

    J'aime

    • 

      Je considère que vous êtes libre d’appliquer les préceptes moraux que vous préférez et pour les raisons qui pour vous sont bonnes. Je ne partage évidemment pas votre point de vue, ni considère qu’Israël pratique l’apartheid. Mais là c’est une autre question. L’argument que j’ai exposé ne concerne pas le consommateur, mais la décision d’appliquer une règle à Israël, et Israël seulement tandis que –selon les mêmes principes invoqués- la décision n’a pas été appliquée aux produits conçus aux EEUU lors de l’attaque à l’Iraq (il y avait une résolution des Nations Unies qui demandait le contraire) et n’est pas appliqué -par la même entreprise- aux produits “Made in China” où des milliers de prisonniers politiques sont enfermés et torturés dans des camps de travail, comme l’est Liu Xiaboo, Prix Nobel de la Paix 2010. En cause dans le billet qui précède n’est donc n’est pas un éventuel boycott pratiqué de forme privée, mais le choix de la Migros d’appliquer une décision de ce type à Israël, mais pas à d’autres pays.

      J'aime

  6. 
    François-Henri Jolivet 1 juin 2012 à 10:17

    La Migros a pris une excellente initiative et c’est à espérer que la Coop suive son exemple.
    Je n’achète jamais de fruits et légumes en provenance d’Espagne et d’Israël et c’est mon droit en tant que consommateur dont je n’ai pas à me justifier devant qui ce soit.

    De même je n’achète ni fraises, ni asperges en décembre alors qu’il suffit d’attendre quelques mois pour déguster des produits de chez nous.

    Comme il ne me viendrait jamais à l’idée d’acheter une voiture française ou allemande car depuis toujours mon choix s’est porté les véhicules d’Outre-Manche.

    J'aime

    • 

      Cher François-Henri Jolivet, vous êtes libre de vos choix et de vos opinions que je ne remets aucunement en cause. Cela dit, vos choix en termes de consommation relèvent de votre vie privée et je vous remercie d’en faire état ici. La décision de Migros me semble agir sur une autre échelle. Je pense, avant de la discuter, que cette décision de Migros n’est pas équitable et ce dernier principe me semble la condition sine qua non pour qu’une décision soit juste.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s