Quelques mots, le temps d’un café

« un ristretto ! »  traite de ce qui me provoque mon attention, de ce qui captive ou qui me passionne: une affaire plutôt qu’une autre, les médias, les manières de parler, le football, les opinions ou ce qui arrive et qui stimule ma curiosité.

Des mots et des textes pour que le poing dans la poche se relâche, pour tracer un trait d’idée dont la lecture prend autant de temps que de boire un café serré.

Garçon s’il vous plaît, un ristretto !

Enfin, pas encore, puisque le temps qui passe est accompagné par des mutations. Donc il faut encore quelques mots: « un ristretto ! » était né avec une forme spartiate qui est visible dans une image de ce micro-journal (non, je ne veux pas dire blog et c’est mon choix) et depuis quelques temps il est l’objet d’une restructuration. Au début, il n’y avait pas d’images, pas de musique: il était né parce que je souhaitais exercer le français (que le français n’est pas ma langue maternelle est une information destinée à qui vient d’arriver)  et il n’y avait donc que des mots. Puis, à la fin du printemps,  « un ristretto ! » a failli mourir ou alors il fallait que je le restructure pour trouver un nouvel élan. J’ai choisi la deuxième option, cependant je m’aperçois qu’il y a une espèce de rupture entre la forme actuelle et les textes de hier. Cela signifie qu’il n’est pas certain que la restructuration puisse toucher l’ensemble de « un ristretto ! »  depuis le début.

Au fil du temps, la longueur du ristretto a augmenté. Au début je m’étais imposé des textes courts, mais élaguer afin d’obtenir un ristretto original et véritable n’est pas une tâche facile, bien au contraire. Si j’ai décidé de garder le nom, c’est d’un côté par attachement et de l’autre pour me rappeler qu’il faut que je raccourcisse les textes ou du moins qu’ils ne s’allongent pas outre mesure. Je vais faire au mieux puisqu’il s’agit à la fois d’une difficulté à résoudre et d’un objectif à viser.

ll  y a aussi un retard certain dans la mise à jour de certaines rubriques, comme « très pressé » ou « un caffè all’italiana ».          « très pressé » est reprendra bientôt, car s’il est plutôt compliqué de tenir le rythme pendant le reste de l’année, lors de l’été la difficulté augmente. Pour ce qui concerne l’italien, il y a un chantier à côté de celui-ci: son nom est « SOPRATTUTTO ».  Il s’agit de construire sa base, il vient de commencer et bientôt je vais mieux le présenter. Entretemps, il est possible de guigner depuis les brèches de la palissade. Il se peut qu’il puisse trouver une articulation avec « un caffè all’italiana » qui n’est plus dans le menu.  Aujourd’hui, cette rubrique attend une décision, liée à la manière de gérer les deux langues, mais reste toujours quelque part par ici: http://unristretto.net/un-caffe-allitaliana/

Il y a des longueurs inutiles, encore une fois , mais je pense que ces explications étaient nécessaires.

- Alors garçon, est-ce qu’il vient ce café?

- Oui, j’y vais de ce pas.

-Et souvenez-vous que j’aimerais un ristretto, pas un café noyé dans l’eau.

-C’est noté!

David Marín

One response to Quelques mots, le temps d’un café

  1. 

    J’adore. Je viens de découvrir ce blog par hasard, par dépit suite à la défaite de l’Italie ( che vergogna!) et j’adore… le blog pas la défaite.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s