David Marín

Articles Tagués ‘11 septembre’

Les orages du pareil

In actualité, affaires, médias, point de vue, société on 14 septembre 2011 at 06:30

Il y a des orages qui se déchaînent de manière soudaine et qui cachent leur origine dans la surprise. D’autres sont prévus, mais nous étonnent par la quantité de pluie qu’il peuvent déverser. Certains se forment et se déclarent à la vitesse du son, tandis que d’autres évoluent en fonction du débit des connexions Internet.

Depuis le début du fin de semaine, il y en a eu trois. En apparence, rien ne les associe, mais un fil les unit. Il y a eu d’abord la répétition ad libitum de la même question. « Où étiez-vous le 11 septembre? » Il se peut que l’attentat du World Trade Center ait arrêté le temps au point qu’il est nécessaire – dix ans après – de situer toute personne interrogée là-dessus. Il est possible que le 11 septembre soit un marqueur de l’histoire de chacun, outre que de l’Histoire. Seulement, la répétition de la même question, partout dans les médias, a fait que les réponses s’alignent, se mélangent, s’amassent suffocant le sens de la question et des réponses.

D’un orage à l’autre. Le passage du 11 septembre aux mallettes remplies de millions par des dictateurs d’Afrique destinées à des politiciens français. Les révélations et les accusations de Robert Bourgi à l’encontre de Dominique de Villepin et Jacques Chirac. Puis la réaction de Bernard Houdin, conseiller en France de Laurent Gbagbo et la sortie de "La République des mallettes", le livre de Pierre Péan. Une occasion pour revenir avec lucidité sur la Françafrique ?  De la confusion plutôt, des coups et des répliques. : une bagarre qui empêche la compréhension.

Et ensuite le cinéma aussi, avec l’affrontement des deux versions de « La Guerre des boutons ». Le même film ou deux films. La même sortie, des sous-entendus,  des accusations sous-jacentes, des clans qui s’affrontent.

L’impression est que ces tempêtes d’informations enchaînées entre elles sans transition étourdissent. Elles empêchent l’attention de se focaliser et la compréhension de se construire. Un orage chasse l’autre remplacé par le suivant.
À la fin, il ne reste que l’illusion d’un choix qui n’en est pas un : s’éloigner et éviter de se laisser envahir ou s’exposer aux cascades  qui submergent. Ainsi, il devient compliqué de s’informer. Surtout qu’un tonnerre annonce le prochain orage, déjà.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 473 followers