Le passé dans le miroir

16 juin 2011 — Poster un commentaire

C’était il y a vingt ans : les italiens s’apprétaient à voter un référendum qui aurait permis de changer la loi électorale. Le Président du Conseil était alors Giulio Andretotti qui devait une partie de son succès au pacte qu’il avait soudé au début des années ’80 avec Bettino Craxi,  le secrétaire du Parti socialiste.

Symbole de l’Italie progressiste, Craxi  avait déjà été Président du Conseil et avait bâti son pouvoir au cours des années ’80. A cette époque, Silvio Berlusconi était un homme proche du leader socialiste. Le Cavaliere avait fait fleurir ses projets urbanistiques et médiatiques avec l’appui du PSI.  Un succès qui dépassait les frontières : en France -Mitterrand était Président- Berlusconi avait conduit « La 5 » avec Jérôme Seydoux.

Juin 1991. Bettino Craxi invite les Italiens à aller à la plage plutôt que voter le référendum, mais ils ne l’écoutent pas. Au contraire. Le taux de participation est de 67% et la loi électorale change. C’est le début de la fin pour Craxi.
Quelque temps après, la plus grande affaire italienne liée à la corruption éclate: Manipulite découvre un système de corruption tentaculaire qui implique grande part de la Démocratie chrétienne et du Parti socialiste. Craxi vacille, tombe et fuit en Tunisie.

Entre 1992 et 1993, le panorama politique italien change radicalement. La DC et le PSI s’effritent, le contexte est favorable pour que le Parti démocrate de gauche, né des cendres du Parti Communiste dissout en février 1991, puisse gagner les élections de mars 1994.  C’est sans compter avec Silvio Berlusconi qui se lance en politique, occupe le terrain et –sans que personne l’ai prévu- gagne les élections.

Vingt ans après, Silvio Berlusconi a oublié : comme Craxi, il a boudé le référendum invitant les Italiens à l’imiter. 57% des italiens ne l’ont pas écouté marquant une lourde défaite pour le Cavaliere.

Le sociologue Ilvo Diamanti a récemment souligné* que les référendums réussis ont toujours marqué la destinée de l’Italie. Est-ce que Berlusconi aura le même destin que Craxi?

* Gigi Riva, « Così può cambiare l’Italia », L’Espresso, 10.6.2011  http://bit.ly/kWZR4o

Pas de commentaire

Soyez le premier à entamer la conversation !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s