Micheline Calmy-Rey, une citoyenne pas comme les autres

2 août 2011 — Poster un commentaire

À Moudon, elle portait une veste sombre, coupe sobre. Épinglé sur le col, l’insigne 2011 en laiton de « Pro Patria ». Pour l’étape vaudoise de son périple du 1er août, Madame la Présidente de la Confédération Micheline Calmy-Rey avait repris les habits de fonction qu’elle avait abandonnés quelques heures plus tôt, quand elle s’était présentée sur la prairie du Grütli habillée de couleurs claires et de manière décontractée.

Micheline Calmy-Rey a récemment repoussé les commentaires et les critiques parus dans la presse à propos de ses tenues vestimentaires, évoquant l’idée selon laquelle les regards ne se posent pas de la même manière sur ses collègues hommes. Un argument escompté, maigre, vu qu’elle n’est plus la seule femme du Conseil Fédéral, bien au contraire. Mais là n’est pas la question. Les habits portés hier au Grütli par Madame la Présidente de la Confédération parlaient de la curieuse posture qu’elle a choisie d’adopter pour l’occasion. Un choix souligné par son service de communication et relayé par les médias tel un détail anodin: Micheline Calmy-Rey a décidé de se rendre au Grütli en simple citoyenne.  Une décision de la dernière heure, un passage comme une parenthèse paradoxale dans le marathon du 1er aout de Madame la Présidente de la Confédération  inscrite au sein du lieu où la Suisse a vu son aurore.

Il y a quatre ans, Micheline Calmy-Rey était également Présidente de la Confédération et avait décidé de se rendre au Grütli pour le 1er aout malgré les menaces prononcées par des groupes de crânes rasés. Micheline Calmy-Rey avait alors fait preuve de fermeté, décision et n’avait finalement pas cédé au chantage.

Hier, le vent a changé. Dans un artifice de communication, Micheline Calmy-Rey a décidé de se dévêtir de sa fonction pour son passage à la prairie du pacte de la Confédération d’une manière qui se voulait -en apparence- humble. Comme s’il s’était agi d’une visite privée. Assise d’abord parmi les gens, elle a tout de même pris la parole souligner une célébration de la Fête nationale « en toute simplicité » . La preuve que Micheline Calmy-Rey ne pouvait investir le Grütli un 1er août en simple citoyenne. À la rigueur, la sobriété aurait appelé à une visite dépouillée de la Présidence de la Confédération, représentant -dans un lieu très symbolique- les institutions suisses. Tandis que le scénario de communication concocté et présenté hier a mis plutôt en évidence qu’il s’agissait de la présence de Micheline Calmy-Rey, une citoyenne suisse au dessus des autres.

Pas de commentaire

Soyez le premier à entamer la conversation !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s