Pour l’image de Genève, Micheline accourt

17 août 2011 — Poster un commentaire

Un autre scandale genevois, une autre polémique sous le Jet d’eau. Justifiés -certes- puisque l’agression subie par Daniel G. à Genève est un acte barbare et brutal.  La liste d’adjectifs pourrait rendre compte de la lâcheté de la meute qui a attaqué le jeune de vingt ans ou du caractère répugnant de l’acte. Pour éviter toute emphase exagérée, il serait en revanche intéressant de diviser l’analyse et le débat produit en deux temps.

Le premier : ce n’est pas la première fois que Genève est le théâtre d’agressions gratuites, d’assauts d’un groupe contre une personne. Il y a eu les battes de baseball contre Dialogay et un de ses membres, la jeune femme attaquée au Jardin anglais et bien d’autres cas relatés dans les faits divers de Genève. Ces agressions interrogent les choix politiques dont la police de proximité a été l’objet ces dernières années : affaiblie d’un côté et subissant le discours sécuritaire de l’autre. Aussi, le souci en matière de sécurité exprimé par la population genevoise à travers le vote au Mouvement des citoyens genevois (MCG), n’a pas été accueilli par une oreille attentive, mais plutôt par un jugement méprisant et relativiste, comme si le vote de protestation n’avait aucune valeur. Bien entendu, le MCG a développé un discours populiste et démagogique, mais le résultat électoral -et surtout populaire- aurait dû produire depuis longtemps déjà l’intérêt du pouvoir public.

Le deuxième : le citoyen genevois n’étant pas lié aux organisations internationales ni aux grandes entreprises, pourrait aujourd’hui ressentir un mépris certain pour sa condition. Il a fallu que le fils d’un couple travaillant à l’ONU ait été agressé, qu’une circulaire de l’ONU déconseille de se déplacer seul la nuit à Genève pour que l’intérêt pour Genève de Madame la Présidente de la Confédération Micheline Calmy-Rey s’éveille et se manifeste. Genève Tourisme salue la réaction de Berne, car il devient difficile de « vanter les mérites de la Ville en termes de stabilité sécuritaire », le DFAE prononce le souci pour une situation dégradée. Quand il s’agit d’image et de renommée, les personnalités accourent et l’urgence se déclare. Une manière d’agir qui laisse au citoyen l’impression que ses soucis quotidiens aient été déclassés en deuxième catégorie.

Au vu de ces faits, l’éventualité d’une circulaire de l’ONU mettant en garde ses employés à propos de l’effroyante augmentation des prix des loyers genevois serait alors à saluer. Il se pourrait que cette plaie dont le citoyen de Genève souffre et qui ne fait qu’empirer puisse éveiller finalement l’intérêt des hautes sphères du pouvoir confédéré pour qu’elles accourent au bout du Lac.

Pas de commentaire

Soyez le premier à entamer la conversation !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s