Le pouvoir perdu nuit gravement à la santé

3 septembre 2011 — Laisser un commentaire

Les phrases et les aphorismes de Giulio Andreotti, souvent teintés de cynisme, ont laissé une empreinte indélébile dans la vie politique italienne. Le sénateur âgé de 92 ans, nommé à vie il y a vingt ans, a survécu au sommet de la politique italienne pendant des décennies. Il a été plusieurs fois Président du Conseil des ministres et a failli devenir Président de la République.

Symbole de la Democratie chrétienne, homme proche du Vatican, Giulio Andreotti aurait pu couler à pic plusieurs fois, mais a toujours su rester à flot. Il a survécu à la montée du communisme, à « Mani pulite », à un procès pour liaisons avec la mafia et à Berlusconi. C’est pourquoi « le pouvoir use, ceux qui n’en ont pas » est la phrase de Giulio Andreotti qui est rentrée dans l’histoire.
Car si le pouvoir use et épuise ceux qui n’en ont pas, il est aussi vrai que le pouvoir diminue ceux qui ne l’ont plus. Le spectacle d’hommes de pouvoir déchus ne peut que renforcer Giulio Adreotti dans sa conviction. Tant qu’il reste au sommet de la politique italienne, seule la mort pourra l’emmener ; tandis que ses confrères d’autrefois se voient souvent forcés à fréquenter les cabinets des médecins plutôt que ceux du pouvoir.

Giulio Andreotti avait pu survivre au procès qui l’accusait de favoriser la mafia car qu’il jouissait toujours du pouvoir. Et il est démontré que les procès affaiblissent l’état de santé des hommes politiques éloignés de la puissance qui fut la leur .
La mémoire se souvient du procès Maurice Papon qui avait été accompagné par le spectacle de sa maladie. Même constat pour Augusto Pinochet dont l’état de santé avait été déclaré insuffisant pour qu’il puisse se soumettre aux procédures judiciaires ouvertes à son encontre. L’image de Hosni Moubarak, les yeux fermés, allongé sur la civière dans la cage des accusés du procès ouvert au Caire, est une image encore vivante imprimée sur nos rétines.  
Bien qu’il n’ait pas été un sanglant dictateur, Jacques Chirac, subit le même sort. Selon ses avocats, l’ex-Président de la République ne possède plus les facultés cérébrales pour participer à son procès. Une affirmation avec rapport médical à l’appui, signé par le professeur Olivier Lyon-Caen. Maladie feinte ou vraie ? Et tout cas, misérable destinée.

Il n’y a pas de repos pour ces hommes, ni aucune possibilité de jouir d’une paisible retraite. Leur seul moyen de résister à la déchéance, telle une fatalité imprimée dans leurs gènes, c’est de rester au pouvoir. Et l’impérissable Giulio Androtti l’a très bien compris il y a très longtemps déjà.

Pas de commentaire

Be the first to start the conversation!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s