Archives de 23 September 2011

Le vol spécial des mots

23 septembre 2011 — 3 Commentaires

L’expérience avait été réalisée au début des années ’60 par Stanley Milgram afin d’étudier la soumission aux règles et à l’autorité. Le test prévoyait un passage obligé. Les individus devaient punir d’autres personnes, dans le cas de mauvaise réponse à des questions, avec une décharge électrique. Dans le postulat cette dernière pouvait aller jusqu’à 450V. Et 2 personnes sur 3 l’avaient tout de même infligée. Est-ce que cela posait un problème d’ordre moral aux participants? Dans le 60% des cas les règles étaient suffisantes pour obtenir  l’obéissance. En réalité, le système était une simulation, mais les participants ne le savaient pas.

« Vol spécial » de Fernand Melgar fait émerger le souvenir de l’expérience de Milgram. Pas de simulation à Frambois, le centre de détention destiné aux demandeurs d’asile dont la procédure a été déboutée. Tout est réel.
L’application de la loi, votée de manière démocratique, est le premier élément évoqué par le directeur et le personnel de la prison pour expliquer leurs actes. C’est un sale boulot, mais le peuple suisse a voté. Il faut bien que quelqu’un le fasse. Comment font-ils pour résister, pour dépasser un problème d’ordre moral? Entre autres, ils volent le sens des mots.

Pour le directeur, et pour des gardiens, les détenus sont des clients ou des pensionnaires plutôt que des prisonniers. Ils prétendent ainsi faire preuve d’humanité et de gentillesse. En réalité, c’est le contraire. À travers la négation de la condition de prisonnier, le gardien oublie sa fonction de maton. Il peut ainsi rompre la distance formelle avec le détenu pour que son humanité ne suffoque pas, et continuer de tourner les clefs qui ferment les cellules. Le directeur de la prison et les gardiens se fabriquent dès lors une humanité contrefaite, vétue d’une gentillesse en toc. Leurs gestes, qu’ils prétendent de réconfort, s’apparentent plutôt aux actes qui apaisent l’animal en cage.
C’est à la fois humain et révoltant. Le sens et la signification de la dignité ont été volés à Frambois, où ce mot n’est qu’un cache-sexe qui décrit les pratiques qui détroussent sans accidents les détenus de leur dignité. A l’arrivée et au départ des prisonniers nus, fouillés, des gants cliniques. Une procédure. Le mensonge d’un choix. Le départ forcé. Les corps contraints.

Tant de politesse et d’humanité prétendues ne font que couvrir le néant humain, la couardise, la lâcheté. L’acte d’insoumission attendu tout  au long de « Vol spécial » ne viendra jamais. « Vol spécial » est un dur miroir qui réfléchit le côté sombre et misérable de la nature humaine. Le film produit le malaise. Il stimule la désobéissance et alimente le vertige. Qui parmi nous a le courage de la dissidence?

www.volspecial.ch

* »Les expériences de Milgram » http://bit.ly/oNMbmI