Cachez ces « Femen » que je ne saurais voir

1 novembre 2011 — Poster un commentaire

Il a raison Peter Rothenbühler quand il écrit dans un courrier adressé aux activistes de « Femen »  que « des seins nus, cela ne choque plus personne chez nous, ni les gosses, ni même les vieilles bigotes ». Nous avons même dépassé l’ère du « porno chic ». Pourtant, des jeunes femmes sculpturales ou pulpeuses continuent de faire recette pour les publicités de lingerie qui vont nous accompagner d’ici le 31 décembre. Qui s’en offusque ? Il aurait été étonnant de lire une opinion critique à ce sujet signée Peter Rothenbühler. Toutefois ce dernier affirme le ridicule qui d’après lui couvre les activistes de « Femen ». En cause le fait qu’elles tombent leurs soutiens-gorge afin de dénoncer –entre autres- le tourisme sexuel en Ukraine. Une antinomie qui attise les regards. Les activistes de « Femen » utilisent leurs corps et leurs seins pour dénoncer le sexisme, le machisme et le tourisme sexuel, mais selon Peter Rothenbühler leur démarche est incohérente puisqu’elle renfonce l’imaginaire qui associe le sexe avec les femmes ukrainiennes.

Il est probable que sur ce point Peter Rothenbühler ait été obnubilé par les seins montrés. En effet, c’est le fait que des jeunes femmes décident d’utiliser leurs corps comme elles l’entendent qui provoque sa réaction. Elles auraient pu décider de les exploiter au service de campagnes publicitaires bien rémunérées, pour tourner des clip de hip-hop -et l’inventaire est long- sans incommoder la critique de Peter Rothenbühler. Au contraire, elles ont décidé d’en faire ce qu’elles en veulent par delà le marché. Cela ne leur apporte pas d’argent, mais de la visibilité et de la célébrité qui sert une contestation qu’elles ont choisie. Bien entendu, en Suisse cela paraît futile. Toutefois, en Ukraine « Femen » en profite pour demander la démission de Viktor Ianoukovitch, pour dénoncer la corruption ou le tourisme sexuel. Le risque qu’elles encourent n’est pas l’éditorial au vitriol d’un journaliste, mais l’arrestation. La visibilité internationale acquise, de quelque sorte, les protège. Peter Rothenbühler dit ne pas savoir si les seins nus choquent en Ukraine. Plutôt que dire le ridicule, il aurait pu s’interroger. Car un brin d’intérêt de sa part, dépassant les courbes des seins, aurait trouvé la réponse. Vu que les activistes de « Femen » en Ukraine dérangent le pouvoir en son sein, elles ne sont pas confrontées à la parole scandalisée, mais à l’utilisation de la force.

*Peter Rothenbühler, « Chères feministes ukrainiennes », Le Matin Dimanche, 30.10.2011 http://twitpic.com/79jzwi/full

*Alain Margot,  » Femen – Notre Dieu est une femme », http://bit.ly/u5pmuE

*Femen vs. Ianoukovitch  http://bit.ly/uWa1DU

Pas de commentaire

Soyez le premier à entamer la conversation !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s