« Charlie Hebdo » et le retour des présumés coupables

3 novembre 2011 — 2 Commentaires

incendiecharlie

 L’événement fait perdre la raison. La rédaction de « Charlie Hebdo » ravagée. Le numéro avec la caricature de Mahomet. Le titre « Charia Hebdo ». La liberté d’expression a pris un coup qui fait mal. Surtout chez ceux qui ne se limitent pas à l’invoquer, mais qui la pratiquent. De plus, c’est aussi la raison qui souffre.
Il y a eu l’incendie. L’hypothèse d’un mobile : le numéro « Charia Hebdo ». Des éléments à propos du mode opératoire. Rien à propos des auteurs de l’acte criminel. Alors, il aurait été bienvenu que la raison aussi trouve son expression. Elle aurait brillé parmi l’indignation, la solidarité et la compassion. Combien de fois, pour d’autres questions, des mots ont été dépensés pour rappeler la présomption d’innocence?

Parmi les non-coupables, il se peut qu’après avoir vu la une de « Charlie Hebdo » certains aient imaginé pendre par les testicules ses auteurs. Il y en a qui ont peut-être rêvé d’un assassinat façon Tarantino. Des personnes qui ont fantasmé la violence pour évacuer la rage, mais sans menacer ni passer à l’acte. Puis il y a ceux qui n’en avaient rien à cirer. Et encore les gardiens du bon goût, ceux de la bonne conscience, les scandalisés : l’inventaire est interminable.
Aussi, des musulmans qui vivent leur credo de manière privée.
Tous jouissent de la liberté d’expression cadrée par les lois de la République et aussi de la liberté de fantasmer, penser, imaginer ce qu’ils veulent, comme il l’entendent, sans entraves ni limites.

« Tous jouissent de la liberté d’expression cadrée par les lois de la République et aussi de la liberté de fantasmer, penser, imaginer ce qu’ils veulent, comme il l’entendent, sans entraves ni limites »

De l’autre côté il y a les criminels, les auteurs de l’incendie qui doivent répondre aux lois. Qu’ils soient illuminés, fondamentalistes, croyants ou de simples crétins. Il n’y a pas de loi Divine, pas de Charia, ni aucune loi de la Satire qui peut être appliquée au sein de la République.

Les auteurs de l’incendie criminel doivent être visés, recherchés et jugés. Pas les autres. Par ces temps de guerres au nom d’un Dieu plutôt que d’un autre, il aurait été utile de le rappeler et par la même occasion affirmer la laïcité. Autrement la confusion et l’amalgame entre le mobile –le numéro de « Charlie Hebdo »-, le sujet du numéro, les soupçons et les suspects s’installe. Il n’y a jamais de présumés coupables, même parmi les fidèles de Allah. Au contraire -dans ce cas- l’opinion s’enflamme, et les musulmans redeviennent la cible d’un tir groupé.

La raison se perd, et les fanatiques des croisades s’en réjouissent déjà. Comme les intégristes de tout bord. Ils profitent de la perméabilité retrouvée dans la séparation entre religion et état, tandis que la raison souffre dans un coin. Au point qu’elle pourrait se rebeller, commencer à imaginer la «mort aux cons!». Mais il y aurait sûrement quelqu’un pour l’accuser de génocide.  ♦

2 Réponses vers « Charlie Hebdo » et le retour des présumés coupables

  1. 

    Effectivement,

    Cette édition n’est pas si drôle.

    Cela tient au traitement du sujet bien davantage qu’au sujet traité.

    Cdt.

    Gilles

    J'aime

  2. 

    Après avoir visité sites et forums, le constat: la riposte anti-laïque et antidémocratique est violente. Les commentaires qui félicitent les intégristes et les fondamentalistes se multiplient, les insultes aussi.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s