Neuchâtel, Santander et le foot qui sent mauvais

10 novembre 2011 — Laisser un commentaire

alisyed

La ville n’est pas située au bord d’un lac, mais sur la côte de la mer Cantabrique. Son stade de football ne porte pas le nom d’un quartier où autrefois étaient soignés les malades, mais celui de sa plage plus connue: celle du Sardinero. Il n’y a rien -en principe- qui relie Santander et Neuchâtel, sauf leurs clubs de football. Les deux portent un nom composé, Racing Club de Santander et Neuchâtel Xamax, mais l’analogie ne s’arrête pas là. Comme Xamax, le Racing est un club dans la tempête.

Juin 2010. À la fin du championnat, le Racing est au bord de la faillite. Les employés du club et les joueurs exigent le payement des salaires arriérés : 13.3 millions d’euros. Le club doit aussi 15 millions au fisc. La crise fait qu’aucun investisseur ne frappe à la porte du club. La procédure de faillite peut commencer, la dette frôle 50 millions d’euros.
Puis l’homme d’affaires indien Ahsan Ali Syed arrive en sauveur. Méconnu en Espagne, il se dit milliardaire. Il avait cherché -sans succès- d’acquérir le club anglais des Blackburn Rovers. À la recherche d’un club de football jouant en première division, Ahsan Ali Syed se tourne vers le Racing. Il ne parle pas espagnol, mais promet d’éponger les dettes. En plus, il affirme vouloir investir 50 millions d’euros dans le club. Les doutes à propos de sa fortune s’éclipsent. Ahsan Ali Syed est à la tête de la société « Western Gulf Advisory », active entre autres en Océanie et en Afrique. Un de ses sièges se trouve à Zoug.

« Interpol enquête sur Ahsan Ali Syed pour une fraude de 72.3 millions d’euros. Les 15 millions pour l’achat du club n’ont pas été versés. Vendredi passé, le conseil de direction du Racing à démissionné »

Début 2011. Le Racing a le couteau sous la gorge. Ahsan Ali Syed finit par acquérir 80% de ses actions pour 15 millions d’euros. Un accord signé  au Crédit-Suisse de Zürich.
Le championnat a recommencé, mais l’argent tarde à arriver. Puis une première tranche est versée et jusqu’à fin septembre, le club reste à flot. Par contre, depuis des semaines, l’homme d’affaires a disparu de la tribune du Sardinero. Le 20 octobre passé, la nouvelle explosive. Interpol enquête sur Ahsan Ali Syed pour une fraude de 72.3 millions d’euros. Les 15 millions pour l’achat du club n’ont pas été versés. Vendredi passé, le conseil de direction du Racing à démissionné. Convoqué au Palais de justice de Madrid, Ahsan Ali Syed ne s’est pas présenté et à l’heure actuelle il est introuvable. L’ancien propriétaire du club a porté plainte contre l’homme d’affaires et prétend la restitution des actions. Entre-temps, le Racing a été mis sous tutelle.

Une affaire qui raccourcit la distance entre Neuchâtel et Santander. Une idée? Les deux villes pourraient envisager de se jumeler, et les deux clubs projeter de jouer un match amical aller-retour. Histoire de renflouer, au moins, le moral.

Pas de commentaire

Be the first to start the conversation!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s