Adeus, Sócrates

5 décembre 2011 — Laisser un commentaire

Sócrates n’est plus. Le docteur de cette magnifique équipe qu’était le Brésil de 1982 est mort, détruit par l’alcool comme l’avait été Garrincha. Grand, barbu, aux jambes minces et interminables, Sócrates était pourvu d’une énorme classe et pour ses détracteurs d’une grande lenteur, aussi. Grâce à son excroissance à l’arrière du pied droit, il était le roi de la talonnade. Sócrates n’était pas un joueur de football comme les autres. D’abord, il avait étudié et son surnom n’était pas dû à l’intelligence de ses passes en profondeur, mais au fait qu’il avait obtenu un doctorat en médecine. Au sein de l’équipe nationale, il évoluait au sein d’un légendaire milieu de terrain. Il y avait Toninho Cerezo -qui assurait les arrières- la dynamicité de Falcão, la classe d’Arthur Antunes Coimbra dit Zico et l’infatigable Júnior. Et les passes de Sócrates libéraient souvent la frappe dévastatrice d’Éder.

Le jeu du Brésil en 1982 était fantastique, et bien de télévisions ont programmé des répliques nocturnes de ses plus belles parties. Comme l’alcool a emporté Socrates, le cynisme de l’Italie avait éliminé du Championnat du monde la belle et impossible seleção. Au cours de l’historique match du 5 juillet à Barcelone, Sócrates –alors capitaine- avait marqué le premier goal pour son équipe. Pris au piège du contrepied italien, le Brésil avait tout de même réussi à marquer le but du 2-2 grâce à une belle frappe de Falcão: un résultat qui aurait qualifié les Brésiliens, renvoyant les azzurri à la maison. Mais le Brésil n’était pas équipe à jouer dans sa moitié de terrain pour attendre l’adversaire, cherchant un match nul. Au fond -comme disait Sócrates- le but d’un match de foot est de laisser un bon souvenir au public. Ainsi, les Brésiliens s’étaient jetés à l’avant à la recherche de la victoire, mais avaient encaissé le but décisif de Paolo Rossi. Brésil éliminé et match imprimé à jamais dans la mémoire du football.

Fidèle à son style, Sócrates frappait les penalties comme nul autre, sans prendre –presque- d’élan. Cela pouvait donner un beau but comme celui marqué contre la Pologne en 1986 ou un grand raté, comme contre la France la même année, au Mexique.
Mais il n’y a pas que le ballon dans l’histoire liée à ce joueur. Au début des années ’80, Socrates jouait au sein de l’équipe pauliste de Corinthians. Le club était alors géré d’une manière catastrophique et quatre joueurs politisés –Wladimir, Casagrande, Zenon et Sócrates- en avaient appelé à la rébellion. Sous l’impulsion de ces quatre personnes, l’équipe de Corinthians avait opté pour l’autogestion. Un joueur, un vote. Cela avait donné vie à un mouvement appelé « Democracia Corinthiana », une devise imprimée sur les maillots blancs de l’équipe. Et cela, en pleine dictature militaire au Brésil. Adeus, Sócrates.

*Sócrates Brasileiro Sampaio de Souza Vieira de Oliveira, dit Sócrates  http://twitpic.com/7okb0j/full   http://twitpic.com/7oonte/full       http://twitpic.com/7ooofg/full

Pas de commentaire

Be the first to start the conversation!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s