De nouveaux cafés: la campagne est lancée!

10 janvier 2012 — Laisser un commentaire

Philipp Hildebrand a jeté l’éponge. L’affaire a secoué les hautes sphères du pouvoir helvétique. Les vagues n’ont pas fini de déferler, bien que la plus grosse ait été brisée. « un ristretto ! » entend profiter de ce mouvement pour lancer une campagne dans l’espoir qu’elle puisse obtenir autant, sinon plus d’effet.

Bien que l’argent reste le nerf de la guerre, au centre de cette polémique se trouve le café. En cette période de crise généralisée, par ces temps de vaches maigrichonnes, « un ristretto ! » lance la campagne pour la nouvelle définition des cafés commandés, bus et payés par les clients des cafés, des bistrots, et des restaurants de Suisse romande.

C’est une campagne qui dépasse l’indignation et qui embrasse une optique factuelle qui repose sur l’évolution de la théorie anglo-saxonne du « you get what you pay for ». La chaîne américaine l’a très bien compris, imposant de la Cité interdite à la Place Saint-François ses produits caféinés désignés par leurs noms et où il est impossible d’avoir une goutte de lait dans le café sans la payer. Au contraire, le reste de la restauration en Suisse au Nord des Alpes oblige le client qui souhaite un café à l’achat de crème et de sucre, même s’il ne désire pas en consommer. Vous avez ce pour quoi vous payez, certes.  Mais il faut aussi payer pour ce qui est souhaité: ni plus, ni moins. Vous ne payez pas pour quelque chose que vous ne voulez pas et que vous ne consommez pas. Un changement d’optique qui modifierait nos vies quotidiennes et qui implique donc un nouveau cadre linguistique.

Un café, un espresso, un ristretto sans sucre et sans crème ? Cela a été déjà introduit de manière marginale mais il faut dès maintenant généraliser : un café « tout nu », « nu » ou pour ceux qui aiment la définition « à poil ». Pour le sucre, il suffit d’ajouter « sucré » ou laisser jouer le non-dit. « Café au lait », « renversé », « décaféiné » portent très bien leurs noms. Vous souhaitez un peu de crème dans le café ? C’est le café, espresso, etc. « crème ». Pas de crème et pas déchets produits par le petit emballage marron ? Un peu de lait suffit et comme il a été déjà introduit ailleurs ce sera « macchiato ». Le « cappuccino » restera le café surmonté par une écume de lait saupoudrée avec du cacao. Enfin, quelques gouttes de grappa, de cognac ou autres alcools dans le café avec un « corretto » ou « maquillé ». Une mesure utile pour lutter contre l’abus d’alcool : à ce jour, la seule possibilité en ce sens reste de commander un verre à côté pour accompagner le café.

Pas de commentaire

Be the first to start the conversation!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s