L’ouragan et la mémoire

2 novembre 2012 — Laisser un commentaire

C’était lundi soir. Quel jour déjà? Lundi 29 octobre en Europe. Était-ce bien dimanche à New York ? L’ouragan Sandy allait toucher la côte est des États-Unis. Wall Street avait annoncé la fermeture du lundi. Oui, à New York –alors- il devait être dimanche 28 octobre. Les cartes météorologiques défilaient sur les écrans tandis que l’heure avançait inexorable. Les villes qui allaient être touchées se préparaient au pire. Atlantic City ? Quelle autre ? New York sur toutes. Le regard cherchait à comprendre le phénomène en cours. La campagne électorale arrêtée. Les sacs de sable. Les messages. Les mises en garde. Les caméras prêtes. Des photos : des centaines, des milliers et encore plus. Couleurs pures, saturées. Les webcams. Les photographes bravant la tempête. Des évacuations. Dans l’objectif le ciel maussade, gris puis noir. Les gouttes d’eau sur la surface de l’écran. Des cadrages d’amateurs, de citoyens-reporteurs, d’inconscients, de professionnels de l’information. Les vagues menaçantes. Un surfeur. Des personnes prenant des photos dans l’objectif des photographes. L’œil de l’ouragan et son déplacement. La nuit tombée en Europe, de la brume sur la côte Est. Le bruit du vent toujours plus violent. Enfouies par les autres, quelques images montrant un environnement pauvre et ravagé. Un coup d’œil à la caméra fixant Manhattan depuis le pont de Brooklyn. Un bâtiment éventré. Les pompiers à l’œuvre. Le temps passant inexorable. Comme si elles peinaient à exister, des photos prouvant que Sandy avait déjà ravagé Santiago à Cuba, et Haïti, de nouveau meurtrie. Une photo de Jamaïque chevauchée par une vidéo montrant l’eau envahissant -quelque part- les rues de New York. Le silence. La nuit tombée. Un hôpital évacué. Un enfant immergé dans l’eau jusqu’à la taille. Autour des taudis en bois détruits par la tempête. Les photomontages. Les discours des élus. Les messages sur les réseaux sociaux. Des inondations. Le black-out. Des morts. À Haïti, comme à New York. Le gris. La surface de l’eau. Le béton humide. L’écume meurtrière. Le premier bilan. Sinistre. Les morts ne sont pas des nombres. Des morts ont été oubliés. Pourquoi comparer les morts ? Une mégapole confrontée à sa dépendance à l’énergie. Le courant qui a permis aux messages, aux images, aux reportages d’être émis. Un million de litres de fuel déversés au large de New York. L’absence d’odeur dans l’écran. Le bilan qui se fait lourd. La coupure de courant. Les évaluations de dommages en milliards. Les analyses à propos de la tempête médiatique. Le recit, les histoires, les mots. Le réel d’un côté. Un réel reality show de l’autre. La campagne recommence ou toujours à l’arrêt ? Sandy a favorisé Obama. La récupération politique est stigmatisée. New York coupée en deux. Un autre bilan. Des analyses. Des mots. Le regard fatigué. Il est temps de mettre de l’ordre. Recomposer. Chercher à reconstituer le fil des évènements depuis lundi passé. C’était quel jour déjà ?

La mémoire vacille sous le poids des informations auxquelles elle a été confrontée. Les images se superposent. Un ouragan dans l’ouragan. Le souvenir n’est pas clair, car saturé et désorienté. Remonter le fil des événements est une rude tâche et il faudrait pouvoir arrêter le temps pour savoir ce que la mémoire a effectivement retenu. Le souvenir d’un côté; les données enregistrées et stockées de l’autre. Le temps ne suffit pas dans cette course endiablée qui cherche à voler du temps au temps sans que le temps puisse s’arrêter. Et prendre le temps pour comprendre paraît difficile: une autre tempête va sûrement arriver.

Pas de commentaire

Be the first to start the conversation!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s