Rajoy rejette les soupçons de corruption et les questions des journalistes

2 février 2013 — Laisser un commentaire

La prise de position Mariano Rajoy, le chef du gouvernement espagnol, était très attendue après la publication par El País, le 31 janvier, d’extraits de documents relatifs à la prétendue comptabilité parallèle du Partido Popular.

El País a publié des extraits des cahiers manuscrits auxquels il a eu accès où, selon le même journal, Alvaro Lapuerta e Luis Bárcenas -les ex-trésoriers du Partido Popular – ont inscrit les mouvements d’argent non déclaré au fisc qui entre 1990 et 2009 aurait servi à la fois à financer leur parti et au payement de rétributions occultes de ses dirigeants. Une véritable bombe médiatique vu que ces carnets contiennent le nom de Mariano Rajoy et que la somme de 25’000 euros par année lui est associée entre 1997 et 2008. Accablé par ces révélations, Mariano Rajoy a été obligé à une prise de position qu’il a rendue ajourd’hui, samedi 2 février, lors de la réunion extraordinaire du Comité du Parti Populaire à Madrid.

Il fallait s’y attendre: le chef du gouvernement espagnol a rejeté les soupçons de corruption affirmant qu’il n’a jamais reçu des rétributions occultes. Aussi, il a nié que son parti ait pu mettre en place un système de financement illégal lié à un système de corruption. Au sein du Partido Popular tout est transparent et légal a affirmé Mariano Rajoy qui a aussi annoncé que la déclaration de ses rentes et de son patrimoine vont être publiées sur le site internet du gouvernement.

La démarche de Mariano Rajoy se veut transparente, cependant elle provoque des questions supplémentaires et une critique. En effet, s’il dit la vérité -et il n’est pas possible pour le moment d’affirmer le contraire- alors les documents publiés par El País sont des faux. Maria Dolores de Cospedal, la secrétaire générale du PP, a annoncé qu’il y aura des poursuites judiciaires à l’encontre de El País et il sera donc très intéressant d’en connaître l’issue. Par ailleurs, la prise de position de Mariano Rajoy a été suivie par de nombreux médias, mais le chef du gouvernement espagnol n’a pas permis aux journalistes de poser des questions. Il s’agit d’une conduite méprisante non seulement face aux médias, mais surtout à l’encontre des citoyens espagnols.

C’est à se demander si les médias présents n’auraient mieux fait de refuser la couverture médiatique des déclarations de Mariano Rajoy et attendre qu’il veuille bien leur faire parvenir la vidéo et la copie écrite de son discours. Bien entendu, il s’agit d’une hypothèse et d’un paradoxe vu l’attente qu’il y avait pour cette prise de position. Une telle démarche, cependant, aurait au moins eu le mérite d’un message et d’un refus clairs. Car interdire les questions des journalistes équivaut à prétendre que les médias diffusent des déclarations sans vouloir fournir aucune explication, comme cela était le cas pendant le franquisme.

 

* « Espagne: une affaire de corruption fait trembler le parti au pouvoir »http://bit.ly/WKc1X4

* Mediapart, Blog : La Parisienne libérée, « Mariano Rajoy : l’image manquante », http://bit.ly/XAcwmT

Pas de commentaire

Be the first to start the conversation!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s