Elections italiennes, le mensonge sur le devant de la scène

22 février 2013 — Poster un commentaire

giannino

 Le grand public italien l’avait découvert à travers la télévision, souvent invité à la messe quotidienne du soir aux feuteils blancs officiée par Bruno Vespa, le cardinal des soirées de RAI 1. Une apparence excentrique au milieu des sombres costumes d’un côté, les longues jambes et escarpins de l’autre. Oscar Giannino a toujours affirmé des théories et thèses libérales sans compromis, s’inscrivant dans l’école de Milton Friedman. Moins d’États, moins de bureaucratie, privatisations et déréglementations., le marché comme seul régulateur. Des principes certes connus en Italie, mais qui n’ont jamais été mis en pratiques par la droite italienne.

Éditorialiste, journaliste, créateur et directeur de « Chicago-blog.it», prolongement électronique de « IBS-Istituto Bruno Leoni » -un think tank libéral en style anglo-saxon à la sauce italienne- Oscar Giannino avait déjà été un homme de la politique lors de la phase finale de la « Prima Repubblica », vu qu’il avait été le porte-parole du défunt Parti républicain italien. Puis la carrière journalistique à travers laquelle Oscar Giannino a construit son personnage de conseiller en économie, se vantant de deux licences universitaires – droit et économie- et un master obtenu à l’Université Chicago Booth.

Déçu par la politique des différentes coalitions de droite dirigées par Silvio Berlusconi, au cours de l’année passée Oscar Giannino a fondé le mouvement « Fare per fermare il declino », « Agir pour arrêter le déclin » auquel ont adhéré des personnalités du monde économique et universitaire. Transparence, mérite, libéralisme étant les maîtres mots de ce mouvement qui sans être inclus dans aucune coalition participe aux prochaines votations italiennes et dont Oscar Giannino est le candidat premier.

« le professeur Luigi Zingales a affirmé que le leader du mouvement n’a jamais obtenu un master de l’université où il enseigne. Le scandale a éclaté »

C’est au cours de la dernière semaine de la campagne électorale qu’Oscar Giannino et son mouvement ont catalysée toute l’attention en Italie. D’un côté les derniers sondages montraient que « Fare per fermare il declino » pouvait obtenir 4% des votes en Lombardie, une région clef pour obtenir une majorité au Sénat. De l’autre côté, le professeur Luigi Zingales –membre du mouvement et professeur à la Chicago Boot- a affirmé que le leader du mouvement n’a jamais obtenu un master de l’université où il enseigne. Le scandale a éclaté. Oscar Giannino a été contraint d’admettre publiquement qu’il n’a jamais obtenu aucun diplôme universitaire et a démissionné de la présidence de « Fare per fermare il declino ». Il reste toutefois candidat premier vu que s’il renonçait son mouvement ne pourrait pas participer aux élections.

Le mensonge d’Oscar Giannino réduit fortement les chances électorales de son mouvement qui préconise transparence et mérite. C’est paradoxal puisque c’est Silvio Berlusconi, célèbre pour l’énormité des mensonges qu’il a racontés, qui pourrait en profiter pour la course au Sénat. ♦

*Elections italiennes: le chaos peut l’emporter https://unristretto.net/2013/02/25/elections-italiennes-le-chaos-peut-lemporter/

Pas de commentaire

Soyez le premier à entamer la conversation !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s