Élections italiennes: le chaos peut l’emporter

25 février 2013 — 2 commentaires

L’Italie s’apprête à connaître le résultat des élections législatives auxquelles elle est arrivée à la suite d’une dernière semaine de campagne électorale passée à une vitesse éclair, âprès la renonciation du Pape et l’anesthésie du Festival de la chanson italienne de Sanremo.

D’après ses médias l’Italie paraît étourdie tandis que le résultat des élections évoque un calvaire avant même d’être connu. C’est qu’en Italie, bien qu’il y ait des candidats premier, ce sont des listes bloquées que le citoyen doit voter. Ainsi un facteur déterminant pour l’issue des votations est la loi électorale dont la première version a été écrite en 2005 par Roberto Calderoli, un député de la Lega del Nord, et qui l’avait surnommée une « porcata », une cochonnerie.

Une loi électorale conçue d’après une initiative de la coalition de centre droit conduite par Silvio Berlusconi pour empêcher « l’Unione », la coalition de centre gauche, d’emporter facilement les élections d’avril 2006. A la tête de « l’Unione » Romano Prodi, l’ancien professeur d’économie et ministre de la Démocratie chrétienne qui avait déjà été Président du Conseil en 1996 quand il avait battu Silvio Berlusconi. En 2006, afin d’emporter les élections, la composition de la coalition de centre gauche a été le résultat d’une composition très hétéroclite, allant de la gauche postcommuniste à l’ «Udeur» de Clemente Mastella, un homme issu de la Démocratie chrétienne. Une coalition qui a vu fondre son avantage sur celle conduite par le Cavaliere au cours de la campagne électorale et qui a remporté de très peu les élections. Le deuxième gouvernement Prodi a donc eu une assise très précaire, victime de chantages venant de l’intérieur de la coalition, et est tombé en mai 2008.

Aujourd’hui, le destin du futur gouvernement italien semble le même que celui conséquent aux élections de 2006. La coalition de centre gauche ne semble pas pouvoir obtenir une majorité claire, surtout au Sénat. Aussi, de toute manière, Pier Luigi Bersani, le leader du PD, a déjà dû s’allier avec Nichi Vendola, le gouverneur des Pouilles dont le discours est imbibé d’une osseuse idéologie communiste.  De plus, le retour de Silvio Berlusconi et le poids des élus du mouvement conduit par Beppe Grillo, le « Movimento 5 stelle », risquent  de réduire encore plus la marge de manoeuvre de Pier Luigi Bersani qui pourrait se voir contraint à une alliance avec Mario Monti pour pouvoir envisager une majorité et gouverner l’Italie.

Mais c’est sans compter le mouvement de Beppe Grillo qui pourrait faire une fracassante entrée dans le Parlement italien.  Et le discours de l’ex-humoriste italien, devenu tribun médiatique et politique, n’offre pas de compromis et fait que celui de Perón ressemble à un projet politique modéré. Est-ce que le mouvement de Beppe Grillo aura la même destinée que celui de la Lega dès qu’il entrera au Parlement ? Enfin, le Cavaliere pourrait encore une fois surprendre et il n’est pas prêt à aucune concession face à la coalition de centre gauche.

Bien que le résultat des votations ne soit pas encore connu, il est donc à parier que le prochain gouvernement italien n’aura pas une longue vie. Il se peut donc que le seul grand gagnant de ces élections italiennes puisse être le chaos découlant sur une forte instabilité.

2 responses to Élections italiennes: le chaos peut l’emporter

  1. 
    Balista Darebak 28 février 2013 à 18:37

    Depuis la mort de bénito mussolini, on peut presque dire que l’Italie n’a jamais été gouvernée.
    A priori, on peut penser que c’est le pays qui change de gouvernements le plus rapidement au monde, (un peu comme sous la 4ème république française)

    Cependant, même sans gouvernement stable, financièrement elle a tiré son épingle du jeu relativement bien

    J'aime

Trackbacks and Pingbacks:

  1. Votations italiennes, le mensonge sur le devant de la scène | un ristretto! - février 25, 2013

    […] *Elections italiennes: le chaos peut l’emporter https://unristretto.net/2013/02/25/elections-italiennes-le-chaos-peut-lemporter/ […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s