Affaire Ablyazov: un scandale kazakh à l’italienne

18 juillet 2013 — Laisser un commentaire

Il y a quelques jours le nom de Giuseppe Procaccini était encore méconnu. Il a été chef de cabinet du Ministère de l’intérieur italien depuis 2008 et vient de démissionner à la suite d’un scandale qui pourrait éclabousser aussi le ministre Angelino Alfano. La crise a été produite par l’extradition, d’Italie, de la femme et de la fille du dissident kazakh Mukhtar Ablyazov.

En novembre 2012, Mukthar Ablyazov, qui avait été ministre en Kazakhstan, a été condamné par la justice britannique, le pays où il s’était réfugié après avoir fui son pays, à payer 2.1 milliards de dollars à la banque kazakhe BTA qu’il avait dirigée et qui l’accuse d’avoir détourné 5 milliards de dollars entre 2005 et 2009. L’ex-ministre kazakh, bien connu à Genève grâce à sa fille et son beau-fils Iliyas Khrapunov, a aussi été condamné à 22 mois de prison par la Haute Cour de Londres, pour avoir caché l’origine de son argent, mais entre-temps il a fui, se cachant.

Fin mai dernier, l’ambassadeur kazakh en Italie Andrian Yelemessov contacte le cabinet du Ministère italien de l’intérieur qui le reçoit. L’ambassadeur affirme que Mukhtar Ablyazov, recherché par l’Interpol, se cache dans une villa de Casal Palocco, près de Rome. Suite à une opération de police ce n’est pas Mukthar Ablyazov qui est retrouvé dans la villa, mais sa femme Alma Shalabayeva et sa fille Alia, agée de six-ans. Femme et enfant sont arrêtées et expulsées d’Italie dans la nuit du 31 mai : une procédure très rapide. Un vol privé kazakhe transporte la femme et l’enfant au Kazakhstan. Depuis, Mukhtar Ablyazov a dénoncé l’expulsion, affirmant qu’il s’agit en réalité d’un enlèvement.

Le fait que le ministre de l’intérieur Angelino Alfano soit un proche de Silvio Berlusconi et que ce dernier ait eu des rapports avec le dictateur kazakh Noursoultan Nazarbayev exacerbe la polémique en Italie. Des opinions critiques soupçonnent le ministre de l’intérieur d’avoir fermé un œil sur le cas pour faire une faveur à Nazarbayev, vu que le Kazakhstan est aussi partenaire de ENI, l’entreprise italienne d’hydrocarbures.

Enrico Letta, le président du conseil des ministres, et Angelino Alfano affirment pourtant qu’îls n’étaient pas au courant que l’opération concernait un dissident et réfugié en Grande-Bretagne, mais de manière générique un prévenu kazakh. Ainsi, c’est Giuseppe Procaccini qui a payé à travers sa démission. Et selon les adversaires d’Angelino Alfano, qui devra affronter vendredi une motion de censure, le haut fonctionnaire n’a été que le fusible qui a sauté à la suite d’une affaire qui ne fait que commencer.

Pas de commentaire

Be the first to start the conversation!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s