Ciao Barilla!

27 septembre 2013 — Laisser un commentaire

Guido Barilla était l’invité, le 25 septembre,  de l’émission radiophonique de Radio24 « La Zanzara », conduite par Giuseppe Cruciani. L’émission connaît un grand succès en Italie ;  le franc-parler et la provocation composent sa signature. L’interview du président du groupe « Barilla » a fait des vagues au-delà des frontières italiennes, faisant le tour du monde, relayée surtout à travers internet et les réseaux sociaux.

Au cours de l’interview, il est question d’intégration et de l’image véhiculée par les publicités de « Barilla » qui mettent en scène la famille traditionnelle. Lorsqu’il s’agit du thème de la société multiethnique , Guido Barilla affirme que son groupe a déjà produit des publicités du genre, comme celle qui mettait en scène, dans les années ’80, une fille chinoise qui cherchait à manger des spaghettis. « Et pourquoi ne pas mettre en scène une famille gay ? » demande Giuseppe Cruciani. Guido Barilla répond que les valeurs du groupe se fondent sur la famille traditionnelle et qu’il n’y aura pas de publicité « Barilla » présentant une famille dont les parents sont homosexuels.
Il ne s’agit pas d’un manque de respect, argumente Guido Barilla, « les homosexuels sont libres de faire ce qu’ils veulent sans déranger les autres, mais « Barilla » véhicule des valeurs différentes, l’idée d’une famille classique ». Il ajoute qu’il respecte le mariage homosexuel, mais qu’il est toutefois contre l’adoption par des couples gay. Interrogé à propos du fait que les homosexuels consomment aussi les produits du groupe, Guido Barilla répond de manière claire : « S’ils aiment nos pâtes et notre manière de communiquer ils vont continuer de les manger, autrement ils peuvent en manger d’autres».

Depuis, les accusations traitant « Barilla » de groupe homophobe se sont multipliées, comme les appels au boycott du groupe. Il faut reconnaître que les déclarations de Guido Barilla contrastent avec une stratégie de communication généralisée qui cherche à plaire à tout le monde pour vendre au plus grand nombre. C’est paradoxal, car si la publicité est un outil de communication qui cherche à faire augmenter le chiffre d’affaires, le président du groupe italien a adopté une ligne opposée.

Dans un monde où l’idée de libre marché prime, il n’est pas nécessaire d’appeler au boycott. L’issue a été proposée par Guido Barilla lui-même, elle est simple et il suffit de la prendre au pied de la lettre. Il est inutile dès lors que « Barilla » publie des rectifications, des mots d’excuse chercheant d’adopter une stratégie de communication pour essayer de ne pas perdre des clients ou du chiffre d’affaires. Les personnes qui n’aiment pas « Barilla » et sa manière de communiquer peuvent choisir librement une autre marque. Dans le sens traditionnel du libre marché et de la concurrence. Sans déranger personne. Sauf -peut-être- « Barilla ».

 

*Guido Barilla à « La Zanzara », 25.9.2013, http://bit.ly/1dLDuAK

Pas de commentaire

Be the first to start the conversation!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s