Un tout petit journal

1 avril 2014 — Poster un commentaire

lepetitjournal

Par où recommencer ?

Plusieurs fois j’ai pensé à la citation d’un personnage de la télévision italienne, Enzo Tortora. Son émission « Portobello » avait été interrompue lorsqu’il avait été injustement poursuivi à cause d’une absurde enquête sur la camorra et un trafic de drogue. Il était innocent.

Le 20 février 1987  il pu finalement retourner devant les caméras en homme libre, son innocence ayant été prouvée. Enzo Tortora avait dit : « Dove eravamo rimasti », c’est-à-dire « où est-ce que nous en étions ». Je me suis plusieurs fois dit que j’aurais pu recommencer comme ça, par cette phrase. Cependant, il aurait été insultant à l’égard d’un homme qui avait subi l’une des injustices les plus cruelles : perdre la liberté et être innocent. Il fallait donc trouver autre chose.

Tandis que le temps filait à une vitesse incroyable, j’ai commencé à penser que j’avais perdu les mots ou -du moins- que je n’arrivais pas à les retrouver. La petite tasse devenant un océan de café dans lequel je me noyais.

L’actualité, le réel, les choses du monde n’ont pas arrêté d’offrir la matière pour réagir, réfléchir et chercher de produire un ristretto. Les impulsions pour essayer d’aligner des mots n’étaient pas du tout absentes, bien au contraire. Souvent elles m’ont emporté et les lignes produites n’étaient pas à la hauteur d’être lues.

Il y a eu, début mars, une séquence du « Petit Journal » qui aurait mérité un ristretto. Il s’agissait d’un sujet de Maxime Musqua, le jeune homme aux cheveux bouclés qui de mon point de vue n’est pas à la hauteur de Martin Weill, le journaliste qui lui aussi a fait prendre du poids au « Petit Journal ». Maxime Musqua, acceptant la proposition de Yann Barthès, devait se rendre à Abou Dabi pour réaliser le défi du jour : être le passager d’un vol acrobatique. Lors de la séquence, le logo de la boisson saturée de caféine et de taurine est apparu à l’écran plusieurs fois. S’agissait-il de voyage et d’une séquence sponsorisés ?

« le « Petit Journal » a pris une allure de tout petit journal que le ricanement et la dérision continues ne réussissent pas à masquer »

Critiquant cette démarche au sein d’autres chaînes, démasquant ainsi d’autres émissions « Le Petit Journal » n’a jamais hésité à dénoncer, montrer, flouter les logos publicitaires qui apparaissent lors d’un sujet de ce type. Par contre, ça n’a pas été le cas pour la séquence tournée à Abou Dabi.

Puis, sans explication aucune, j’ai laissé tomber. Encore une fois, je n’ai pas trouvé les mots.

Enfin, ces jours-ci une idée s’est imposée. Lors de ce défi de Maxime Musqua, le « Petit Journal » a pris une allure de tout petit journal que le ricanement et la dérision continues ne réussissent pas à masquer. C’est pourquoi j’ai retrouvé le courage de reprendre « un ristretto ! ». Il s’agit d’un tout petit journal, plus petit, nettement plus petit que le plus petit des journaux. En revanche, aucun sponsor de ce type ne viendra le polluer.

Les mots sont alors émergés de l’océan de café. La tasse a repris ses dimensions d’origine. C’est pourquoi, dès maintenant, je peux reprendre: recommençant par là.  ♦

> « Le défi Musqua », Canal +, 4 mars 2014

> Enzo Tortora, retour à la télévision, 20 février 1987

Pas de commentaire

Soyez le premier à entamer la conversation !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s