Les plus belles phrases

1 octobre 2014 — Un commentaire

paroleinvolo

Les plus belles phrases se formaient en marchant. Alors un jour il prit la décision : il allait s’arrêter. Ensuite, armé d’une feuille et d’une plume, il aurait essayé de les suivre. C’est assis qu’il s’aperçut que les plus belles phrases disparaissaient en courant.

Il avait commencé dès lors à contempler le blanc de ses feuilles pendant de longues heures, sans jamais le violer. C’était de cette façon qu’il remplissait une page, puis une autre. Il laissait venir les mots, puis il regardait les plus belles phrases sans jamais vouloir leur couper les ailes. Jour après jour il offrait un nouveau morceau de blanc aux mots pour les inviter à revenir. Quand ils arrivaient, il les observait évoluer dans les voltiges et le long des spirales des plus belles phrases. Puis, subitement, lors d’un instant fugace, les mots et les phrases s’envolaient.

C’est pour cela qu’il n’essayait jamais ni de les engluer avec de l’encre noire ni de les emprisonner. Ainsi, au fil des années, il avait gardé et chéri les feuilles blanches avec une patience éternelle. Une après l’autre. Un jour après l’autre. Des feuilles comme des cases d’un calendrier ; comme les incisions sur le mur de la cellule d’un prisonnier.

« Il laissait venir les mots puis il regardait les plus belles phrases sans jamais chercher à leur couper les ailes » 

Après tant d’années, hier, il a su qu’il ne pouvait offrir plus qu’une seule feuille aux mots; il ne lui restait que quelques heures pour les attendre et admirer les voltiges des plus belles phrases. Encore une fois; une dernière fois. Conscient de l’unicité de cet instant, il a donc ajouté la dernière feuille dans un geste qu’il a parfumé avec de la quotidienneté.
Pendant tout ce temps, il accumulé et gardé une quantité infinie de parcelles blanches  dans les pages qu’il a contemplées. Mises l’une à côté de l’autre, hier, elles auraient pu finalement composer l’espace destiné aux plus belles phrases pour les faire rester à jamais. Mais puisqu’il avait renoncé à attraper le premier mot, à cet instant-là, il n’a pas voulu -non plus- enfermer le dernier.

Alors il a pris une allumette et a mis le feu à l’immense pile de feuilles blanches dont le poids, au cours du temps, est devenu celui de sa vie.
Immobile, il a immergé son regard dans les flammes. Et c’est lorsque la nuit est tombée qu’il s’est retourné. Un premier pas, puis un autre et il a pris le chemin.

Il est parti là où –un jour- il avait entrevu que les plus belles phrases qui se forment en marchant aiment voler.  ♦

Une Réponse vers Les plus belles phrases

  1. 

    Magnifique, une grande réussite! S.Deghi

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s